Bons plans : la cuisine française du terroir

La France est réputée dans le monde entier pour sa gastronomie fine et savoureuse. Mais parler de « cuisine française », c’est oublier la richesse du terroir… des Pyrénées à la Mer du Nord, de la Bretagne à la Provence, chaque région a ses spécialités !

Nos équipes et nos écoles partenaires en France nous livrent leurs bons plans culinaires :

Lyon: les quenelles

Magali Toureille, responsable du marché français : « si vous passez par Lyon, arrêtez-vous dans un bouchon lyonnais ». Ces petits restaurants typiques, qui nourrissaient autrefois les artisans de la ville, sont devenus une étape incontournable pour les gourmets du monde entier. Les plats sont généralement assez copieux, et si vous voulez goûter à une spécialité du terroir, nous vous recommandons les quenelles lyonnaises.

French_food_1

« La quenelle est un plat à base de blé dur, de semoule ou de farine, de beurre, d’œuf et de lait. Elle est cuite dans une sauce tomate, une béchamel ou revenue dans du beurre d’écrevisse, puis gratinée au four. Un vrai délice ! », nous explique Magali.

Vous voulez tester les quenelles « maison » ?

Nice: la Socca

Pour Virginie Faure, conseillère en séjours linguistiques à ESL Nice, « on ne peut pas visiter Nice sans goûter à la Socca ! ». Il s’agit d’une « sorte de grande crêpe de pois chiche… cuite traditionnellement au four à bois, coupée grossièrement et servie chaude ou tiède. »

La légende veut que la Socca soit née en 1543, pendant une attaque des Turcs sur la ville. Pour se défendre, les Niçois utilisèrent la soupe de pois chiches comme arme, en y ajoutant de l’huile chaude et en la versant sur la tête des envahisseurs. On découvrit alors, qu’en plus d’être très efficace pour brûler l’ennemi, le mélange était aussi délicieux !

Selon d’autres sources (sans doute plus plausibles), ce plat serait originaire de la province de Gênes, qui a gouverné Nice pendant un temps et a toujours entretenu des liens commerciaux très forts avec l’Afrique du Nord.

French_food_2

Aujourd’hui, les Niçois raffolent de la Socca, que l’on sert souvent comme en-cas ou en apéritif. Vous pourrez la savourer partout en ville. Ce n’est pas de la grande cuisine, mais c’est excellent.

 

Biarritz: le poulet basquaise / le gâteau basque

Guilhem de l’école France Langue de Biarritz, ne parvenant pas à se décider entre un plat et un dessert, a finalement choisi de nous recommander un de chaque !

 

Le poulet basquaise est une spécialité basque à base de poulet, que l’on fait mijoter dans une cocotte avec des tomates bien mûres, des poivrons rouges et verts, des oignons et des piments d’Espelette – un produit régional A.O.C. au goût doux et épicé.

Ce plat est facilement réalisable à la maison – mais il est encore meilleur au large du Golfe de Gascogne !

En fin de repas, Guilhem recommande le gâteau basque, un dessert très apprécié dans la région. On le sert traditionnellement avec de la confiture de cerise noire, mais la version moderne, avec de la crème pâtissière, est de plus en plus populaire.

Jetez un œil à la recette ici.

Bordeaux: la lamproie à la bordelaise / les canelés

Géraldine de l’école France Langue de Bordeaux a également choisi de nous recommander un plat et un dessert.

La lamproie n’est peut-être pas le plus beau des animaux, mais sa chair est considérée comme un mets de luxe dans la plupart des pays européens depuis l’époque des Romains. A Bordeaux, on ne la cuisine qu’aux mois de février-mars, lorsque les lamproies font leur retour en Dordogne. Tout est une question de timing, car le poisson doit être vivant au début de la préparation.

French_food_3

Après plusieurs heures de préparation, on obtient finalement un ragoût riche et raffiné qui associe les saveurs de la lamproie au vin de Bordeaux et aux herbes aromatiques. Cette spécialité régionale est réservée aux grandes occasions – et mieux vaut laisser la cuisson aux experts !

French_food_4

Pour le dessert, Géraldine a choisi une spécialité plus répandue, que vous pourrez savourer tous les jours (à moins que vous ne soyez au régime) : les canelés bordelais. Cette petite pâtisserie au cœur tendre et crémeux et à la croûte croustillante et caramélisée accompagne à merveille le thé ou le café. Très prisés depuis l’époque de Louis XII, les canelés sont en vente dans toutes les bonnes boulangeries de France, mais c’est à Bordeaux qu’ils sont les meilleurs.

Toulouse: le cassoulet

shutterstock_196926923 copy

A Toulouse, chaque chef a sa propre recette de cassoulet. Aux haricots blancs, on peut ajouter, selon son goût, du porc, du confit de canard, du lard, de la saucisse, de l’agneau et de la graisse d’oie. Mais l’ingrédient le plus important est sans doute la patience, car le ragoût met très longtemps à cuire.

Pour réaliser un cassoulet dans la plus pure tradition toulousaine, il faut le cuisiner dans une « cassole » en terre cuite fabriquée dans les poteries d’Issel, petit village situé à 8 km de Castelnaudary.

Crédits photo: Quenelle de Fryke27 (CC BY-SA 3.0), Socca de Myrabella (CC BY-SA 3.0), Lamprea a la bordalesa de juantiagues (CC BY-SA 2.0), canelés de Robyn Lee (CC-BY-SA-2.5), shutterstock.

Print Friendly