Parler les langues, ça ne suffit pas…

Etudier une langue en immersion est le moyen le plus rapide d’acquérir une bonne maîtrise de cette langue. Mais vivre dans un pays étranger a aussi d’autres avantages : en plus des compétences linguistiques tangibles, vous développerez quantités de compétences intangibles, appelées soft skills en anglais.

Relativement difficiles à mettre en avant sur le CV, où chacun peut se prétendre « travailleur et doté d’un excellent esprit d’équipe », ces compétences sont cependant très recherchées par les recruteurs. Lors de l’entretien d’embauche, elles constituent un atout décisif pour se démarquer des autres candidats.

Ce sont des qualités humaines essentielles qui vous aideront aussi à mieux gérer les défis du quotidien, de façon parfois insoupçonnée.

Qu’entend-on par « soft skills » ?

En anglais, les soft skills désignent des compétences générales ou non techniques, par opposition aux hard skills, qui sont liées à un savoir-faire spécifique. En français, on parle parfois de « savoir-être » pour désigner ces qualités personnelles et relationnelles, parmi lesquelles on  compte la flexibilité, la capacité à résoudre les problèmes ou encore l’esprit d’équipe. Les capacités de communication, en particulier l’aptitude à écouter les autres et à accepter les critiques constructives, sont des savoir-être très recherchés car ils démontrent une volonté d’apprendre.

Bon nombre de ces compétences générales viennent avec la confiance, qui à son tour, augmente à mesure que l’on développe ces compétences. La confiance engendre la réussite, mais la réussite engendre aussi la confiance.

handshake

Les entreprises investissent de grosses sommes d’argent pour développer les aptitudes relationnelles de leurs employés. Si vous pouvez démontrer, pendant un entretien d’embauche, que vous possédez déjà ces compétences, et que vous les avez acquises de votre propre initiative, vous serez immédiatement perçu comme une ressource précieuse. L’avantage, c’est qu’une fois que l’on possède ces qualités, elles font partie de nous, de notre personnalité : pas besoin de les mettre en avant, elles sautent aux yeux !

Quel est le rapport avec les séjours linguistiques ?

Gaëlle Duriaux est partie en séjour linguistique à Londres pour trois mois. Elle raconte : c’est « une expérience de vie [qui] vous apprend beaucoup sur la langue, ce qui est l’objectif premier, mais qui vous apprend également à devenir indépendant et à vous prendre en charge. »

Les compétences dont vous aurez besoin en classe, notamment l’esprit d’équipe ou les techniques d’exposé, sont automatiquement transférables à votre vie professionnelle. Pour s’exprimer face à une classe, qui plus est, en langue étrangère, il faut avoir le courage de surmonter ses peurs. Vous ne le croirez peut-être pas, mais même les sportifs, les animateurs et les orateurs publics les plus accomplis ont le trac. Mais avec l’expérience, ils ont appris à le surmonter.

Les compétences mises en œuvre lors du processus d’apprentissage linguistique sont également applicables aux études supérieures, qu’il s’agisse des moyens mnémotechniques ou des techniques de préparation d’un exposé.

En dehors des cours, vous apprendrez aussi à devenir plus flexible à travers vos aventures dans le pays. Les choses ne marchent pas toujours de la même façon à l’étranger: dans certains pays, votre bus arrivera toujours à l’heure, dans d’autres, il aura parfois une heure de retard et dans d’autres encore, il se peut qu’il n’arrive jamais… et pourtant la vie continue. Un séjour à l’étranger permet de relativiser les défis de la vie professionnelle.

Jeanne a étudié l’anglais pendant 24 semaines à San Francisco. Elle raconte : « j’avais des stéréotypes sur certaines cultures, mais cette expérience m’a permis de m’en débarrasser complétement… Je suis moins timide qu’avant mon départ car je suis obligée de parler avec les autres et d’être plus extravertie (…) j’ai aussi pris beaucoup d’indépendance. »

C’est en sortant de sa « zone de confort », en s’obligeant à essayer de nouvelles choses et, surtout, en rencontrant de nouvelles personnes que l’on développe son « savoir-être ».

La dimension culturelle

Lors d’un séjour linguistique à l’étranger, on rencontre des personnes de tous horizons, pas seulement des autochtones. Elles ont toutes une histoire, un parcours, des attentes et des traditions culturelles qui leur sont propres. En classe, vous serez amené à interagir avec toutes ces personnes, plusieurs heures par jour, uniquement en langue étrangère.

socialising-in-Italy

Dans une école de langue, il n’est pas rare qu’une même classe rassemble des étudiants de quatre continents différents. Fabio Quintero a étudié l’anglais pendant 22 semaines à Auckland : « le plus intéressant est de pouvoir rencontrer des personnes de cultures différentes, d’apprendre à les connaître et à vivre avec… On se retrouve parfois à faire des choses étranges que l’on n’aurait jamais pensé faire, et ça nous permet d’avoir une perspective différente par rapport à ce qu’on a l’habitude d’entendre sur les autres pays. »

Dans le monde globalisé d’aujourd’hui, la compréhension interculturelle est une compétence-clé. Evidemment, plus on passe de temps en immersion à l’étranger, plus on devient flexible et « international ».

Manon Subilia a effectué un séjour linguistique de 10 semaines à Fort Lauderdale: « on était une super équipe et on se soutenait les uns les autres pour atteindre notre objectif… Bien entendu, on visite le pays et on découvre sa culture par la même occasion, mais c’est surtout les nouveaux amis que l’on se fait là-bas qui changent la façon dont on voit la vie. »

Nous ne pouvons rien vous promettre, mais votre séjour linguistique à l’étranger changera certainement votre vie. Cette expérience vous rendra plus confiant, heureux et attractif aux yeux des recruteurs.

Si vous êtes parti en séjour linguistique à l’étranger, en êtes-vous rentré transformé ? Racontez-nous votre expérience dans les commentaires. 

Images: The Handshake de torbakhopper via CC, Socialising in Italy © Alex Hammond
Print Friendly