British English vs. American English

« Deux nations divisées par une langue commune », c’est ainsi que George Bernard Shaw (ou toute autre personne à qui cette phrase a été attribuée) a décrit la relation entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Culturellement, les deux pays sont plus éloignés qu’on ne pourrait le croire. Mais l’anglais parlé en Grande-Bretagne ressemble-t-il vraiment à l’anglais parlé aux Etats-Unis ?

Tout d’abord, il faut souligner que, bien qu’il existe de nombreuses différences entre l’anglais tel qu’il est parlé au Royaume-Uni et celui des Etats-Unis, les Britanniques et les Américains se comprennent très bien entre eux.

A titre d’anecdote, signalons que les Américains ont parfois du mal à comprendre certains dialectes britanniques alors que l’anglais américain (American English ou AmE, comme l’écrivent les linguistes) ne présente aucune difficulté pour les Britanniques, qui sont abreuvés au quotidien de cinéma, de musique et des rediffusions sans fin de How I Met Your Mother.

Si vous souhaitez partir en séjour linguistique pour apprendre l’anglais, ne vous souciez pas de la différence qu’il existe entre anglais britannique et anglais américain. L’important est de choisir une destination qui correspond à vos besoins et envies. Par exemple, si vous désirez combiner cours d’anglais et surf, vous avez plutôt intérêt à choisir Santa Monica que South London. En revanche, si vous voulez découvrir un lieu chargé d’histoire, optez plutôt pour Londres. Sinon, il y a aussi l’Australie, le Canada, l’Inde, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud, chacune offrant une ou plusieurs variétés d’anglais.

Quoi qu’il en soit, si vous êtes locuteur non natif, votre anglais sera sans doute l’anglais de demain… étant donné que les personnes qui parlent l’anglais comme langue seconde voire comme troisième langue sont aujourd’hui plus nombreuses que les locuteurs de langue maternelle anglaise.

Voyons à présent quelles sont les différences entre l’anglais américain et l’anglais britannique:

Vocabulaire

New York Taxi
photo: Craig Cloutier

On peut trouver beaucoup d’exemples de mots qui diffèrent en anglais britannique et en anglais américain. Pour mieux comprendre ces différences, il faut revenir aux origines. Certains mots ont été inventés à mesure que les technologies se développaient, bien après que les Etats-Unis ne se soient affranchis de la tutelle britannique. C’est la raison pour laquelle la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont aujourd’hui un vocabulaire très différent dans certains domaines, notamment celui de l’automobile:

Français

Anglais américain

Anglais britannique

coffre

trunk

boot

capot

hood

bonnet

trottoir

sidewalk

pavement

essence

gasoline

petrol

parking

parking lot

car park

… et il existe une dizaine d’autres mots comme ceux-là, qui diffèrent en anglais britannique et anglais américain pour la même raison.

D’autres différences lexicales peuvent s’expliquer par des raisons historiques. Le mot américain fall, qui signifie « automne », est antérieur au mot britannique autumn. Ce dernier s’est imposé en anglais britannique après la guerre civile américaine, alors que le français était très à la mode, mais les Etats-Unis ont conservé l’ancien terme. Il en va de même pour candy (sweet en Grande-Bretagne) et faucet (tap en Grande-Bretagne). De la même façon, des mots anglais plus anciens comme fortnight, qui signifie « quinzaine » (de jours), devenus obsolètes aux Etats-Unis, sont encore largement employés en Grande-Bretagne et dans les pays du Commonwealth.

Jetez un coup d’œil à cette liste de différences lexicales et prenez garde à ne pas vous emmêler les pinceaux. Notez par exemple que le mot rubber veut dire « gomme » en anglais britannique (eraser en AmE), tandis qu’aux Etats-Unis, c’est un terme familier pour désigner un préservatif !

Prononciation et dialectes

L’anglais américain est bien plus homogène que l’anglais britannique, c’est pourquoi il est parfois difficile de reconnaître l’origine d’un Américain juste à son accent. Les linguistes ont identifié entre 6 et 25 dialectes américains, que l’on a grossièrement regroupé en trois catégories : les dialectes du Nord, les dialectes des Midland et les dialectes du Sud.

usa dialect map

(schéma très approximatif d’après F.G. Cassidy, 1982)

L’histoire des Etats-Unis est une histoire de migrations, qu’il s’agisse de migrations en provenance de l’outremer ou de migrations internes. Ainsi, au fil des siècles, les accents n’ont cessé de se mélanger à mesure que les gens se déplaçaient à travers le pays.

Deux autres facteurs peuvent expliquer la différence entre la prononciation américaine et la prononciation britannique. Tout d’abord, il faut signaler que la majorité des variétés d’anglais américain sont « rhotiques », c’est-à-dire que l’on prononce presque toujours le « r », quelle que soit sa place dans le mot, ce qui n’est pas le cas dans la plupart des dialectes britanniques. Prenons l’exemple du mot butter : dans la plupart des dialectes américains, on prononcera le son « r » tandis que dans les variétés britanniques, on émettra un son qui ressemble vaguement à « ah » à la fin du mot (bien que ce ne soit pas le cas en Ecosse, en Irlande et dans le sud-ouest de l’Angleterre).

D’autre part, l’anglais est né d’un mélange de langues parlées par différents colons venus d’autres régions d’Europe et s’est développé sur près de 1500 ans, c’est pourquoi la Grande-Bretagne possède une plus grande variété de dialectes que les Etats-Unis. Les familles restaient souvent au même endroit pendant plusieurs générations, ce qui explique que la langue se soit développée différemment selon les villes. Par exemple, Liverpool et Manchester ont des accents bien distincts alors qu’elles ne sont éloignées que de 60km.

Vous prendrez forcément un peu l’accent de l’endroit où vous étudierez l’anglais. Et c’est une bonne chose ! Votre accent fera partie de votre propre histoire, que vous appreniez l’anglais britannique, américain, sud africain, australien ou n’importe quelle autre forme d’anglais.

Spelling

London-pigeon
photo: Tom Hammond

Il y a un certain nombre de différences orthographiques entre anglais britannique et anglais américain. En Amérique par exemple, il est rare qu’un mot se termine par –re, alors que c’est très courant en Grande-Bretagne. On citera notamment l’exemple de center/centre et meter/metre. L’anglais américain se débarrasse aussi du « u » des mots britanniques comme colour (color) et flavour (flavor) et du « l » de traveller (traveler) et de reveller (reveler).

C’est Noah Webster, dont le nom figure encore sur la couverture des dictionnaires les plus vendus aux Etats-Unis, qui est à l’origine de cette réforme de l’anglais américain. Il voulait simplifier l’orthographe anglaise et a compris les bénéfices politiques que les Etats-Unis pouvaient tirer de cette indépendance linguistique vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Si vous voulez savoir pourquoi l’orthographe anglaise est si compliquée, lisez cet article.

De même, les terminaisons irrégulières de certains verbes, qui sont employées en anglais britannique, ne le sont pas en anglais américain, par exemple burnt (burned en AmE), learnt (learned), smelt (smelled)… mais il est difficile de faire la différence à l’oral.

Grammaire

Au fil des siècles, de subtiles différences sont apparues entre la grammaire britannique et la grammaire américaine, notamment :

BrE: Metallica are playing in London tonight.
AmE: Metallica is playing in Boston tonight.

BrE: Our team are here to help.
AmE: Our team is here to help.

En anglais britannique, les noms qui désignent des groupes comme team et squad peuvent être singuliers ou pluriels ; en anglais américain, ils sont singuliers. Les noms de groupes ou d’équipes sont toujours pluriels en anglais britannique et singuliers en anglais américain.

BrE: He’s finally got over her.
AmE: He’s finally gotten over her.

En anglais américain, gotten est le participe passé du verbe to get. C’est l’une des différences les plus remarquables avec l’anglais britannique car get est un verbe extrêmement courant.

BrE: Monday to Friday inclusive.
AmE: Monday through Friday.

De nos jours, la version américaine est couramment utilisée en Grande-Bretagne.

BrE:  The judge ordered that he should be imprisoned.
AmE: The judge ordered that he be imprisoned.

Le subjonctif est bien plus courant en anglais américain qu’en anglais britannique, bien qu’il soit en train de faire son retour au Royaume-Uni. Il est intéressant de constater qu’il y a plusieurs siècles de cela, le subjonctif était couramment utilisé en Grande-Bretagne mais qu’il a progressivement disparu (les Britanniques utilisent should pour indiquer le subjonctif, ou utilisent tout simplement l’indicatif) jusqu’au XXème siècle.

Finalement, est-il préférable d’apprendre l’anglais britannique ou l’anglais américain ?

Lors de votre choix, il est important de prendre en compte les trois aspects suivants, qui sont fondamentaux : dans quel environnement souhaitez-vous étudier ? Quel est votre budget ? Combien de temps avez-vous à disposition ? Car, si les différences linguistiques entre les différentes variantes de l’anglais sont vraiment minimes, les différences entre les destinations, elles, peuvent être énormes !

Consultez notre site internet pour en savoir plus sur nos cours d’anglais à travers le monde.

Print Friendly